Portrait d'entrepreneur #35 : Philippe Tulliez, Magicoffice

Suivre un cours spécifique rien que sur Excel? Vous me direz, comme Sébastien Ministru, « Pourquoi? Mais pourquoi?" (en mettant l’accent sur le « wa », effet théâtral assuré!) Mais parce que cela va vous faire gagner du temps. A l’heure où chacune de nos minutes compte, où tout se presse et surtout le temps ; que ce temps vaut de l’argent, avouez qu’il s’agit là d'une proposition en or! Cette proposition vient d’une idée géniale, née dans la tête de Philippe Tulliez, et sa société MagicOffice. Ce touche-à-tout curieux et insatiable voulait en gagner lui aussi du temps. Et c’est alors qu’il a découvert… Excel!

Des planches de théâtre à la programmation informatique et aux formules Excel

Philippe se rêvait très tôt acteur de théâtre, dirigeant une troupe. La troupe, il l’a fondée, l’a faite tourner en amateur. La journée, il était tour à tour taximan, vendeur dans un magasin de disques… N’importe quel emploi du moment que le soir il pouvait remonter sur les planches. De la vente de disques, Philippe passe à l’informatique. Passionné, il se jette dans ce domaine et commence à commercialiser les premiers ordinateurs. A l’époque, le disques durs étaient de 20 Mb mais faisaient la taille d’une armoire. A l’époque, un Wang ou un IBM vous coûtait la coquette somme d’un demi-million de francs. A l’époque, on vous offrait le full package : la livraison (bien sûr, il fallait être deux!), la mise en place, et tous les consommables jusqu’aux plus petites étiquettes imprimables. Le monde informatique n’était pas seulement rentable, il était intriguant. Et Philippe a voulu comprendre quel en était le langage et la programmation. Il avait définitivement attrapé le virus. 

Une offre rédigée en 5 minutes grâce à Excel 

Mais il avait horreur d’une chose : perdre son temps. Quand, à la fin des années 90, alors qu’il était commercial dans les télécoms, il s’agissait d’établir des offres, faire des factures ou des rapports sur ses clients, il estimait en perdre trop. Ce linguiste des bits n’avait pas dit son dernier mot. La suite Office était disponible, et l’intuition lui est venue de se pencher dessus. Surtout sur cet outil fait de lignes et de colonnes, cet hybride de chiffres et de textes, aux formules aussi obscures qu’une recette maléfique composée à Poudlard, Excel. Que les fonctions paraissent complexes, il ne s’en souciait pas : il voulait comprendre, éviter le copier-coller, envisager des solutions, explorer les macros. Des 2 heures que lui coûtait au départ la rédaction d’une offre, il est arrivé, à force de persévérance, à les finaliser en 5 minutes. 

Des formations Microsoft certified 

Ce temps gagné pour lui-même pouvait avoir un intérêt pour d’autres. Ainsi, peu a peu, a germé en lui l’idée de mettre en place des formations et de créer sa propre société, MagicOffice. Philippe a ainsi suivi la certification Microsoft et a commencé à travailler pour des société de formations, notamment pour indépendants. Au fil du temps, son réseau s’est agrandi. Philippe travaille désormais aussi en direct avec des sociétés qui souhaitent se mettre à niveau en Excel. Il met son incroyable expertise au service des entreprises et l’accent sur l’automatisation de tâches répétitives. Et s’il reconnaît ne maîtriser que 80% de l’outil, ses formations toujours à la carte peuvent durer jusqu’à 12 jours! On espère qu’il nous fera découvrir les 20% restants très vite.

« J’ai toujours aimé beaucoup m'investir pour ne rien faire. J’aurais pu continuer à rédiger mes offres en prenant les deux heures que cela représentait au départ. Mais je préférais passer ces minutes-là à autre chose. Excel dans ce sens est une mine d’automatisation. On peut avouer sans vraiment mentir que c’est un bon outil pour les fainéants!"

Portrait d'entrepreneur #37 : Delphine Boileau-Terrien, "Femmes de Challenges"

Entrepreneure, femme d'affaire, coach, mentor, experte en transition professionnelle, expatriée, créatrice de réseaux... Delphine Boileau-Terrien, c'est tout cela à la fois et bien plus encore. Elle est à l'image de son projet, "Femmes de challenges". Delphine travaille avec des femmes qui sont motivées et déterminées à découvrir et à vraiment vivre du métier qui leur colle à la peau, sans jamais avoir à se vendre. Elles vivent en Belgique, en France et à l’étranger. Elles sont aujourd’hui perdues professionnellement, mal dans leur peau, frustrées dans leur job et rêvent de se mettre à leur compte.

Ses clientes sont aussi des entrepreneures qui ont déjà créé leur activité mais n’en vivent pas correctement. Elles s’investissent beaucoup mais n’ont pas de résultats à la hauteur de ce qu’elles pourraient attendre. Elles ont envie de se structurer et de passer à l’étape supérieure. Elles sont très déterminées à mettre en place ce qu’il faut pour atteindre leur objectif.

Du coaching "en ligne"

Forte d'une expérience en ressources humaines, Delphine Boileau-Terrien a trouvé sa voie dans le coaching professionnel. Grande voyageuse, elle a profité des expatriations diverses de son mari pour donner à son activité un tour personnel : Delphine a donc lancé son entreprise en ligne en 2011 de coaching pour femmes entrepreneures, "Femmes de Challenges". Elle avoue n'avoir jamais imaginé créer son entreprise ; elle voulait « juste » vivre de ce qui la passionne. Au fil des ces années, elle a accompagné plus d’une centaine de clientes à découvrir et vraiment vivre de leur activité aussi bien en virtuel (comme Patrice Decoeur) qu’en local. Elle a également créé une véritable communauté de Femmes de challenges, à travers le monde, qui, chaque jour, se sentent utile et à leur place en accompagnant leurs clients.

Experte en transition professionnelle et en entrepreunariat, Delphine travaille uniquement avec des femmes qui sont en transition de carrière et qui veulent vraiment vivre du métier qui leur colle à la peau. Elle ne conseille pas les femmes sur d’autres problématiques de coaching de vie traditionnelle, et ne coache pas tout un chacun. Elle se concentre exclusivement sur tout ce qui fonctionne pour les femmes qui veulent vivre de leur passion. Parce que son focus est si étroit, ce que ses clientes obtiennent est une expertise « non diluée » sur les meilleures pratiques pour vivre de sa passion avec authenticité. Elle considère, sans fausse modestie, être devenue une experte dans ce domaine en y ajoutant une bonne dose de bienveillance, d’humour et d’encouragement, ce qui aide toujours!

Portrait d'entrepreneur #36 : Benjamin Keizer, Ben & Art Construction

BEN&ART est une entreprise générale de construction et de rénovation innovante regroupant l'ensemble des corps de métier nécessaires à la conception et la réalisation de tous projets.

C'est Benjamin Keizer qui se cache derrière ce nom, mais pas que. Cet ancien compagnon du devoir, spécialiste en menuiserie, a commencé ses classes en mettant sur pieds une entreprise générale, sous-traitant ses chantiers avec des équipes variées. Sa passion pour les métiers de la construction et le souci du détail l'ont amené à engager ses propres corps de métier. Et à bien s'entourer. Ben & Art naît ainsi sous la forme telle qu'on la connaît aujourd'hui avec à la barre Benjamin et son ancien collègue et patron, Bertrand.

Un résultat irréprochable pour les chantiers les plus insolites

Rigueur oblige, Benjamin s'est formé : en gestion, gestion d'équipe, en dessin technique... Plafonnage, électricité, peinture... Il pouvait ainsi passer de la gestion de chantiers à une maîtrise totale des travaux, depuis la mise en place du projet jusqu'aux finitions et compter sur une dizaine de personnes pour réaliser ici un cabinet de dentiste, là une salle de bains en mansarde, là encore un dressing de 150 m2, une claustra courbe. Benjamin aime que les choses soient bien faites et le travail réalisé dans les règles de l'art. Son credo étant basé sur une qualité constante, son équipe accueille désormais dans son sein un architecte d'intérieur afin de mettre sur plan les idées de construction ou de rénovation les plus fous. 

Car c'est bien de folie dont il s'agit. Plus les projets sont complexes, délirants, gigantesques, plus l'équipe s'amuse. Bertrand qui a passé 15 années à travailler pour la fashion week maintient avec Benjamin ce côté pétillant, insolite et totalement jusqu'au boutiste. Magasins, restaurants, plateaux de bureau, rien ne les effraie. C'est même le challenge qui les titille. 

Compétence et Savoir-faire Ben & Art

Spécialisé en menuiserie et agencement sur mesure, BEN&ART garantit une maîtrise complète des techniques de construction pour chaque type de travaux du bâtiment. Leur savoir-faire couvre divers domaines tels que la rénovation, la transformation, la toiture, l'électricité, l'isolation, le carrelage, le parquet, la peinture, le plafonnage, l'enduisage, la couverture, le bardage, la façade, etc.

Enrichi de nos formations et expériences diverses, BEN&ART est une équipe polyvalente maîtrisant tous les aspects de la conception à la réalisation de vos travaux.

Ben & Art se fait un point d'honneur à réaliser un travail de qualité tout en répondant aux exigences actuelles de performance des bâtiments. Avec Benjamin et Bertrand présents sur les chantiers, Ben & Art assure un suivi rigoureux via un interlocuteur unique et flexible.

Pro Sweet Cologne (Allemagne) 28-01-2019

La semaine dernière avait lieu à Cologne le Salon de la confiserie et des snacks. Engagée par le Pavillon Français, j'ai déambulé une journée durant entre les chocolats, gaufres, biscuits roses et autres tentations. C'était l'occasion pour Business France, gérant l'intégralité du Pavillon français, de remettre les prix de l'innovation pour le Concours Créative France. Le pavillon a ainsi remis trois prix correspondants aux trois produits les plus originaux avec le plus fort potentiel à l’export. En tout, ce sont pas moins de 62 exposants français qui se sont rassemblés sous la bannière bleu-blanc-rouge pour proposer ce que la France fait de mieux en délices sucrés : palets bretons, chocolats fins, fruits secs...

ISM, Salon de la confiserie et des snacks

ISM est le salon leader mondial de la confiserie et des snacks. C'est une combinaison réussie d'impulsions et d'innovations, d'un réseautage passionnant, d'exposants de premier ordre et de visiteurs compétents ; cette organisation constitue une offre unique en son genre dans le monde entier. IMS propose également la plus grande offre mondiale de produits de marque de distributeur en confiseries et snacks.

Pro Sweet Cologne, Salon des fournisseurs de l'industrie de la confiserie et des snacks

En collaboration avec ProSweets Cologne, le salon international des fournisseurs de l'industrie de la confiserie et des snacks, ISM représente toute la chaîne de valeur industrielle. Pro Sweet Cologne est le seul salon de ce type au monde. Il offre une gamme complète de produits pour l'industrie de la confiserie et des snacks : des ingrédients innovants aux technologies de production optimisées, en passant par des solutions d'emballage pionnières. 

En collaboration avec ISM, le salon leader mondial de la confiserie et des snacks, ProSweets Cologne a couvert l'ensemble de la chaîne de valeur de l'industrie. 

"Oser entreprendre", un échange avec des jeunes étudiants 17-01-2019

Témoigner de l'esprit d'entreprendre avec "100000 entrepreneurs Belgique" dans les écoles

Ce jeudi 17/01, j’ai été invitée via l’association “100000 entrepreneurs Belgique” à témoigner de mon expérience de jeune entrepreneur auprès d’une classe de l’Athénée Royal de Braine l’Alleud. Mon objectif? Insuffler l’esprit d’entreprendre. Au bout d’une heure trente de questions et d’interaction, nous sommes passés du “A quoi bon?!”, “Ma famille me dira que cela ne sert à rien”, “Mon avenir? Le chômage!” à “Ah, si j’ouvre un restaurant, rien ne peut m’empêcher de voyager pour en ouvrir un autre ailleurs” , “je voudrais donner à l’entreprise de mon oncle une dimension plus importante”, mais aussi “Je pourrais soumettre mon projet de manga à une maison d’édition” “Et je pourrai t’aider!”.

Avec l’aide des représentants de 100000 entrepreneurs et de la Sowalfin, ces étudiants ont exprimé leurs doutes, leurs craintes et leurs espoirs concernant leur projet. Et c’est bien tout cela l’esprit d’entreprendre. Comment oser envisager la mise en place d’un projet? Comment le financer? Quel aide pour le plan business? Quel entourage? Quel financement? Comment garder un équilibre vie privée/vie professionnelle? Comment être certain que ça va continuer à marcher? Autant de questions, autant d’essais de réponses, personnelles évidemment de ma part. La démarche de leur professeur Mr Moreau, entamée par cet entretien, les poussera sans doute à approfondir leur réflexion et je l’espère vraiment leur démarche. 

La mission de 100000 entrepreneurs

Développer l’esprit d’initiative et l’envie d’entreprendre 

 «Entreprendre » est un état d’esprit, qui signifie se mobiliser autour d’un projet et le concrétiser. Il peut s’agir de créer une entreprise ou une association, lancer un nouveau produit, appréhender un nouveau marché, etc. C’est à la portée de tous à condition d’y croire et de se donner les moyens. 

Agir sur les mentalités et les représentations 

 En faisant la promotion de la culture entrepreneuriale, 100 000 entrepreneurs montre aux jeunes que l’entrepreneuriat est une voie possible et qu’il n’y a pas de fatalité. Encourager les jeunes à réaliser leurs ambitions Rencontrer des personnes qui ont osé, qui se sont lancées provoque chez les jeunes un déclic qui les incite à prendre leur vie en main, favorise la prise d’initiative et leur redonne une perspective professionnelle. Par la transmission de la culture de l’envie d’entreprendre, au travers de témoignages d’entrepreneurs, les jeunes développent confiance et audace. 

Informer sur les dispositifs et les outils d’aide à la création d’entreprise 

 Les entrepreneurs transmettent l’envie d’entreprendre et peuvent donner des conseils concrets sur la création d’entreprise. Mais ils vont parfois plus loin en épaulant les jeunes porteurs de projets et en les orientant vers des structures d’accompagnement, des réseaux d’incubateurs…

Plus d'infos sur 100000 entrepreneurs Belgique

Merci à Priscilla Génicot (100000 entrepreneurs) pour ses photos et son enthousiasme

Portrait d'entrepreneur #35 : Charles Kerangoff, Parfumerie Guy Delforge

C’est une galerie, un tunnel vieux de cinq cents ans fait de pierres, qui donne une impression de protection, un cocon. C’est aussi un laboratoire, une caisse de résonance olfactive où se jouent les grandes orgues de la création d’une senteur, d’un sillage. C’est un lieu de repos, celui où les fleurs et les muscs, où les tabacs et bois blonds attendent d’exprimer leurs plus beaux atours. C’est un lieu d’exception, seul endroit en Belgique où se produit l’alchimie olfactive. Ce lieu, c’est la parfumerie Guy Delforge. Une parfumerie pas comme les autres. J’ai eu le plaisir de rencontrer fin décembre un duo étonnant, fait de feu et … de feu, Guy Delforge et Charles Kerangoff. Monsieur Kerangoff m’avait conviée à la visite de la parfumerie Delforge et m’expliquer son enthousiasme à participer à ce magnifique projet de parfumerie. Nous nous sommes donc donné rendez-vous tout en haut de la Citadelle de Namur, aux pieds des casemates et des contreforts de la capitale wallonne.

Dans les galeries souterraines, des senteurs plutôt que des canons

L’endroit est étonnant. Cet ancien laboratoire d’artillerie militaire a délaissé poudres et canons pour une autre arme redoutable, celle du flacon. On y entre et très vite, l’enivrement vient. Des chypres, des roses, du santal… notre nez peu habitué, a cependant l’impression d’un luxe ressenti nulle part ailleurs. Le lieu n’a pas été choisi au hasard : c’est que la parfumerie est directement reliée à un réseau de casemates à la température et l’hygrométrie constante, avantage non négligeable pour l’élaboration des parfums : ces tunnels renferment en effet les grandes touries où macèrent le temps nécessaire, les senteurs qui en feront succomber plus d’un et plus d’une.

De la parfumerie de chez nous

Là, se sont créés et se créent toujours 40 parfums véritables, concentrant presque 15% d’huiles essentielles et de l’alcool (de pulpe de betterave, produit chez nous). Une équipe soudée et passionnée s’est réunie autour de l’artisan parfumeur : si la composition reste un secret bien gardé, chacun participe à la mise en flacon, à l’étiquetage et à la promotion. La parfumerie est une petite usine permanente : ouverte 7 jours sur 7, il faut y accueillir les visiteurs, touristes ou habitués, inconnus ou têtes couronnées mais aussi participer à la mise en place des différentes senteurs dans la salle d’exposition, veiller aux stocks, déterminer les touries à filtrer et à glacer, une fois la macération arrivée à son acmé, répondre aux commandes sur le net (seul point de vente en dehors de la Citadelle) et entretenir le rêve… Charles Kerangoff participe lui aussi en toute conscience à ce retour à l’économie de circuit court, à l’exclusif et au travail bien fait. Il s’est associé en effet à cette aventure il y a maintenant un an et souhaite mettre en avant cette magnifique histoire, la promouvoir comme un fleuron de la création locale. Initiative qui aura bien du succès, on en est persuadés. 

Comment tester et conserver un parfum? 

 Et puisque ici, tout est apprentissage et découverte, l’équipe de Guy Delforge nous explique comment tester et conserver un parfum. Pour découvrir si un parfum vous convient, voici quelques étapes à respecter : 

- attendre au moins une à deux min (plus pour les parfums forts) pour laisser s’exprimer pleinement le bouquet ne pas se frotter les poignets : on ne chauffe pas le parfum 

- estimer le moment le plus adéquat (être serein et avoir le temps permet d’apprécier au mieux le rendu)

- prendre en considération la saison de l’essai (le rendu sera différent en hiver ou en été) 

- tester deux-trois fragrances maximum, le nez n’est pas habitué à sentir davantage en un temps limité 

- éviter de parfumer la peau et préférer les vêtements : coton, laine, lin sont des matières très stables qui retiennent mieux les essences. 

- parfumer à 30 centimètres (barrer la suite) 

Une fois le parfum choisi, prendre garde l’accoutumance ! Il vaut mieux en fonction de ce qui a été dit plus haut 

- changer de parfum au fil des saisons 

- placer son parfum dans un endroit sec, à l’abri de la lumière et à la température stable : préférer ainsi la chambre à la salle de bains 

- conserver son parfum entamé 2 ans maximum (5 à 8 ans non ouvert)

En savoir plus sur la Parfumerie Guy Delforge

Les Morues : Un réseau pour les femmes qui donnent le t(h)on!

"Les Morues", c'est un réseau moderne ouvert aux femmes actives, créatives, audacieuses de 20 à 64 ans et plus. Basé sur les notions de partage et de convivialité, ce nouveau réseau a pour objectif de créer des échanges entre femmes par le biais non seulement de réunions mais aussi d'ateliers et de formations. Créé par Maïté Jansen, artiste et Morue en chef, "les Morues" comme un seul banc se rallient sous le "Toutes ensembles, jamais seules !"

En quoi consiste "Les Morues"?

"Les Morues" se composent de femmes porteuses d'un projet (même en lancement) qui exercent leur activité en complémentaire ou à titre principal? Elles peuvent être aussi pensionnées, bénévoles ou simplement curieuses. Le réseau de femmes "Les Morues" leur permet de

- partager leurs désirs professionnels,

- répondre à leur ambition et leurs besoins, 

 - échanger des bonnes pratiques, 

 - doper leur visibilité et leur influence, 

 - élargir leurs opportunités business. 

"Les Morues" ouvrent leurs réseaux et expertises pour fédérer ensemble les femmes, leur réussite et la mixité ! Leur volonté piscicole : permettre à toutes les femmes d'oser, être le moteur de leur propre évolution, répondre à leurs ambitions, les aider à prendre conscience de leur influence et atteindre leur réussite.  

Les prochains rendez-vous "Les Morues"

- Lun. 04/02/2019 à Bousval : formation Facebook, Walking dinner et réseautage 

Ven.19/04/2019 à Villers-La-Ville : conférence « Oser se lancer », Ateliers mise en beauté, cocktail dînatoire et réseautage 

- Dim.19/05/2019 à Villers-La-Ville :  JAM2 Journée Apéro, Marché Morues

Plus d'infos sur "Les Morues"

Les Trucs et Astuces du photographe d'entreprise : Comment apposer votre logo facilement sur vos photos de réalisations

Vous êtes comme Kévyn Silliard entrepreneur et aimeriez identifier les photos de vos réalisations en y ajoutant votre logo directement depuis votre smartphone?

Comme Benoît Dossche pour Cocoon Car vous voulez prendre une photo et la poster directement sur les réseaux avec votre logo afin de l'identifier rapidement et simplement?

Mais à l'intar de Flex 1848 ou de l'IEE, vous ne voulez pas ou n'avez pas le temps d'utiliser de gros logiciels lourds comme Photoshop ou Lightroom et ne souhaitez pas y passer trop de temps.

Il existe désormais des apps qui peuvent facilement vous aider. 

En voici quelques-unes testées pour vous : 

 - pour iPhone : "Watermark". L'application est payante (un peu plus de 9 euros/an) mais vous permet de charcher votre logo en JPEG ou PNG et de l'ajouter à vos clichés. Sans pub...

 - pour Android : "Salt" répond aux mêmes exigences que Watermark. Simple et efficace. 

 - pour ordinateur (Mac ou PC) : Photopolish. Un peu chère, cette application permet cependant d'appliquer votre logo sur des séries de clichés. Un vrai gain de temps.

Les Trucs et Astuces du photographe d'entreprise : Comment savoir si son portrait est adapté à une publication professionnelle? 

Comme Cécile ou Cyril, vous vous posez la question "Que dit mon portrait de moi? Puis-je le publier?Où le publier? Est-il bien adapté?"

Si votre but est de placer votre portrait sur un réseau social professionnel, Snappr a créé une application spécifique qui analyse en fonction de certains critères (sourire, arrière-plan, attitude) votre photo de profil. https://www.snappr.co/photo-analyzer

Photofeeler, lui, analyse vos photos en fonction de leur finalité de publication : que ce soit dans un but business, social ou de rencontre, il vous aidera à choisir le cliché qui convient parfaitement au réseau choisi. 

https://www.photofeeler.com/

A vos applis!

Les Trucs et Astuces du photographe d'entreprise : Optimiser le référencement de vos images et photos pour votre site web et les réseaux sociaux

Puisque l’on est sur un site photo, je voudrais vous poser la question : Comment optimiser le référencement naturel de sa photo et par là, celui de son site web ?

Commencez par penser à comment vous voulez que l’on trouve votre site web sur Google. Quel mot-clé devrait susciter Google à afficher votre page dans ses premiers résultats ? Lorsque vous avez déterminé ce mot-clé clé principal (photographe d’entreprise, par exemple), respectez cette marche à suivre en 3 étapes

1. Nom de votre fichier image : photographe-entreprise.jpg.

2. Texte alternatif (attribut ALT, affiché au survol de l’image) : Photographe d’entreprise à Bruxelles et en Wallonie.

3. Contextualisez votre image : le texte situé à proximité de votre photo doit parler de « photographe d’entreprise ». L’environnement d’une image est primordial pour son référencement naturel. D’autres éléments peuvent être optimisés pour optimiser la visibilité de votre photo. Mais ceux-ci sont les plus importants pour vous faire apparaître dans les premiers de Google.

Merci à Patrice Decoeur, consultant en marketing stratégique et à l'agence de communication web Poush pour cette astuce très précieuse.

Je reste à votre disposition si vous souhaitez plus d'informations.